L’immigration des Juifs d’Algérie en France métropolitaine. L’occasion pour les Juifs français de recouvrer leur indépendance face au judaïsme américain ?, par Laura Hobson Faure

L’article explore les relations entre les judaïsmes français et américain lorsque les Juifs d’Algérie affluent en France à l’été 1962, un moment clé dans la « séfaradisation » de la vie juive en France. Il étudie la relation entre l’American Joint Distribution Committee (JDC), la principale organisation philanthropique américaine, et le Fonds Social Juif Unifié (FSJU), une institution française fondée par le JDC en 1949 pour réunir et distribuer les fonds entre les organisations juives françaises. Contrairement aux analyses précédentes, cet article montre que l’accueil des Juifs d’Algérie en France n’a pas été une pure et simple affaire française, gérée de concert par l’Etat et la population juive, mais le fruit d’une collaboration internationale incluant des acteurs américains et français. De fait, l’influence du JDC sur la vie juive en France, profonde dans les années d’après-guerre, était encore importante au début des années 1960 au point de vue financier comme politique. Au printemps 1962, le FSJU a critiqué publiquement le JDC, ce qui conduit à un conflit apparemment négligeable. Pourtant, la « rébellion » du FSJU intervient pendant la crise algérienne, ce qui offre à la jeune organisation française l’occasion de prouver qu’elle était capable de faire face à une situation d’urgence. Ainsi la crise algérienne n’a-t-elle pas seulement renouvelé la vie juive dans la France d’après la Shoah d’un point de vue spirituel et démographique : elle a sonné pour le pour la vie juive en France, celle d’une plus grande indépendance.




The immigration of the Jews from Algeria to France. An opportunity for the French Jews to regain their independancy facing the American Judaïsm?, by Laura Hobson Faure

This article seeks to deepen our understanding of the relations between American and French Jewry as Algerian Jews fled to France in the summer of 1962, a key moment in the “sephardization” of French Jewish life. It studies the relationship between the American Joint Distribution Committee (JDC), the major American philanthropic organization, and the Fonds Social Juif Unifié, a French institution that had been established by the JDC in 1949 to collect and distribute funds to French Jewish organizations. Contrary to previous analyses, this article shows that the reception of Algerian Jewry in France was not a strictly French affair, between the State and its Jewish population, but instead a transnational collaboration, involving both American and French actors. Indeed, the JDC’s deep-seated influence in French Jewish life in the years following the Shoah was still being felt in France in the early 1960s, both from a financial and political point of view. In the spring of 1962, the FSJU publicly criticized the JDC, leading to a conflict of seemingly minor significance. Nonetheless, the “rebellion” of the FSJU occurred during the Algerian crisis, providing the young French organization with an opportunity to prove itself capable of managing an emergency situation. The Algerian crisis thus not only renewed French Jewish life after the Shoah from a spiritual and demographic point of view: it provided a “coming-of-age” experience for the FSJU, and greater independence for French Jewish life.