Rothschild & Cie. La bourgeoisie juive vue par Édouard Drumont, par Grégoire Kauffmann

Auteur de La France juive (1886) et fondateur du quotidien La Libre Parole (1892), Edouard Drumont (1844-1917) a puissamment contribué à façonner dans les mentalités le stéréotype du Juif « bourgeois », pierre angulaire de son argumentation antisémite. Catholique, marqué de bonne heure par la pensée contre-révolutionnaire, le polémiste invente l’antisémitisme moderne en associant la République aux Juifs et les Juifs à l’argent. L’« infiltration » de la bourgeoise juive dans le monde aristocratique constitue l’un des principaux leitmotivs de son argumentation. Le « Juif d’argent » est toujours celui qui, selon Drumont, dépossède la noblesse de ses attributs, de ses symboles, de ses gloires passées. Arc-bouté sur le « mythe Rothschild », son discours connaît une large diffusion dans les années 1880-1890. Face aux attaques dont ils sont l’objet de la part des antisémites, de nombreux Juifs issus de la bourgeoisie choisissent de relever le gant. Reproduisant les codes aristocratiques, ils se montrent particulièrement sourcilleux sur le chapitre de l’honneur et n’ont que mépris pour la passivité, le « silence du dédain » observés par une partie de leurs coreligionnaires.




Rothschild and Co. The Jewish high middle-class as seen by Edouard Drumont, by Gregoire Kauffman

The author of La France juive (1886) and the founder of the newspaper La Libre Parole (1892), Edouard drumont (1844-1917) strongly contributed to give shape to the stereotype of the high middle-class "Jew", the cornerstone of his anti-Semitic argument. A Catholic, early influenced by the counterrevolution thought, the polemist creates modern anti-Semitism by associating the Republic and the Jews and the Jews with money. The "infiltration" of the Jewish high middle-class into the aristocratic world constitutes one of his principal leitmotivs for his argumentation. The "money Jew" is always the one who, according to Drumont, deprives the nobility of its attributes, symbols and bygone glories. Bracing himself on the "Rothschild myth ", he delivers a speech widely circulating in the years 1880-1890. Against the attacks coming from the anti-Semites, numerous Jews of this high middle-class decide to take up the gauntlet. On the model of the aristocratic codes, they prove particularly haughty concerning honour and despise passiveness, the "silence of contempt" which is the answer of some of their coreligionists.