L’émigration de France vers la Palestine (1880-1940), par Catherine Nicault

Entre 1880 et 1940, le France n’est pas un pays d’émigration vers la Palestine. Elle est, en revanche, un pays de réémigration pour quelques Amants de Sion et sionistes originaires d’Europe orientale avant 1914, et pour des réfugiés d’Europe centrale, bien plus nombreux, dans les années trente. Si les sionistes de France sont remarquablement peu portés sur l’alyah, cela tient moins à leurs faibles effectifs qu’au type de sionisme « diasporique » qu’ils professent en général et qui leur permet d’accorder leur exigence d’affirmation juive avec la poursuite d’une existence satisfaisante dans un pays auquel ils sont bien souvent attachés. Par la pratique naissante du tourisme dans la Palestine juive, par l’instauration de rituels comme la plantation d’arbres en l’honneur d’un proche disparu, les sionistes français nouent néanmoins des liens tangibles, chargés d’affectivité, avec la terre d’Israël. Bien plus que la propagande politique classique, ceux-ci auront un impact sur la mentalité juive française.




Emigration from France to Palestine (1880-1940), by Catherine Nicault

Between 1880 and 1940, France cannot be said to be a country from which people emigrate to Palestine. Instead it appears as a country to which re-emigrants come, such as Lovers of Zion and Zionists from Eastern Europe before 1914, and much more numerous ones from central Europe in the thirties. If French Zionists do not feel really concerned with the alyah, it is not related to their low numbers, but because of their peculiar "diasporic" Zionism which enables them to combine their claiming to belong to Judaism with their pursuing a pleasant life in a country which is dear to them. As soon as tourism towards Jewish Palestine was initiated, rituals were organized such as planting trees in the memory of a dead relative, the Franch Zionists build up tangible sentimental links with the earth of Israel. Far more than the usual political publicity, these will influence the French Jewish trend of mind.